La Provence

Région : Provence-Alpes-Côte d'Azur

Source d’inspiration de nombreux peintres, en particulier au XIXe et XXe siècle, la Provence est une vaste région située au sud-est de la France, bordée au Sud par la Méditerranée et s’étendant de la frontière avec l’Italie à l’Est à la rive gauche du Petit Rhône à l’ouest.

Plage de Sanary / Six-four

Son territoire appartient pour l’essentiel aux départements de la Région administrative Provence-Alpes-Côte d’Azur et inclut aussi le sud du département de la Drôme (Drôme provençale) et la partie la plus orientale du département du Gard.

Plus que géographique, l’unité de la Provence est d’abord donnée par le fort ensoleillement qui caractérise l’ensemble du territoire. A cette caractéristique commune correspond une identité culturelle et historique très forte. Paradoxalement la Provence offre une grande diversité de terroirs et s’apprécie justement dans la multiplicité des visages qu’elle offre.

Soleil et vent en partage

Le climat provençal est de type méditerranéen avec des étés chauds et secs, et un fort ensoleillement partout sur le territoire.
Les précipitations sont irrégulières, concentrées principalement en automne et au printemps.

Les hivers sont doux près de la côte, généralement humides à l’est, mais plus rudes dans le nord et le nord-est où le climat devient alpin. Ainsi les amplitudes thermiques, annuelles et journalières, sont relativement importantes avec une graduation thermique liée à l’altitude.

Dans sa partie centrale et méditerranéenne, le vent principal est le Mistral qui souffle dans la vallée du Rhône, entre 120 et 160 jours par an. Sa vitesse peut aller au-delà de 110 km/h mais est de 90 km/h par rafale en moyenne. Dans la partie Haute, les vents sont également froids et secs mais moins violents, soufflant du Nord ou du Nord-Ouest.

Une flore et des cultures spécifiques

A l’étagement du climat correspond celui de la végétation : en Basse Provence c’est la garrigue qui domine, particulièrement vulnérable aux incendies pendant la sécheresse estivale. Alors que dans sa partie la plus orientale et la plus alpine, la végétation devient plus verdoyante.

Partout le territoire est caractérisé par la grande diversité des espèces animales et surtout végétales présentes et leur spécificité.

Cette diversité, qui existe au niveau de la faune et de la flore sauvage, est également visible dans les espèces cultivées dont certaines sont caractéristiques voire spécifiques à la région : la vigne, l’olivier, les arbres fruitiers dont en particulier l’abricotier et l’amandier, et aussi les plantes aromatiques et à parfum, les melons et les légumes de plein champ.

 

Activités et Principales production

Le tourisme est aujourd’hui une activité majeure  de la région, cependant l’agriculture reste une activité essentielle, qui entretient et façonne les territoires, et les fait vivre tout au long de l’année.

L’agriculture provençale présente des caractéristiques bien particulières, que sont notamment la spécialisation des exploitations et l’importance des produits végétaux. Ainsi près de 4 exploitations agricoles sur cinq sont exclusivement végétales (2 sur 5 au niveau national), tandis que 15% sont uniquement animales et seulement 5% ont un profil mixte de cultivateur-éleveur (près d’1 sur 4 au niveau national).

Si l’élevage occupe la majeure partie des espaces périphériques, en particulier la Haute-Provence, la Crau, la Camargue ou les Alpillles, les principales productions provençales sont le vin, les fruits et les olives, les légumes et les plantes aromatiques et à parfum. Elles sont particulièrement importantes dans la Basse Provence.

A côté des vins, dont les AOC Côtes de Provence, l’AOC Coteaux d’Aix en Provence et l’AOC Coteaux varois en Provence, plusieurs produits bénéficient de l’appellation Provence, en particulier le Miel de Provence IGP, l’Huile d’olive de Provence AOC, ou encore le Calisson d’Aix IGP, et d’autres produits sont en cours de reconnaissance.

Un territoire façonné par l’histoire et les hommes

La position géographique de la Provence en fait une terre de passage, et a engendré une histoire mouvementée engendrant une culture provençale où se mêlent depuis l’antiquité des influences du Nord de l’Europe et du pourtour méditerranéen.

Habitée dès le Paléolithique inférieur, puis par les Celtes et les Ligures, la région est colonisée dès 600 avant J-C par les grecs, qui s’installent d’abord à Marseille et essaiment à l’est jusqu’à Nice, à l‘Ouest à Arles et Agde, et remontent au Nord à l’est de Montélimar.

C’est sa qualité de première conquête transalpine de Rome au premier siècle avant J-C qui donne à la région son nom, issu du latin Provincia (Province).

Depuis, les influences du sud et du nord de l’Europe, Grecs et Celtes, Romains et Germains, Francs et Arabes, et plus récemment les cultures françaises, italiennes et espagnoles, se mêlent sur ce territoire, laissant des traces visibles dans le bâti et contribuant à l’élaboration et l’évolution d’une culture provençale qui reste vive encore aujourd’hui.

Ainsi la région conserve une identité propre qui se manifeste aussi par des traits saillants : l’accent, le folklore, un goût certain pour la parole et une certaine exubérance et un art de vivre que le monde entier lui reconnaît, auquel participe la gastronomie provençale.

Première destination touristique en France et d’Europe, la Provence accueille ainsi chaque année des millions de touristes à qui elle offre son soleil, la diversité de ses paysages, et un patrimoine historique et culturel unique.


';