Appellation

« Polvorones de Estepa » IGP

Categories: Tags:

« Polvorones de Estepa » IGP, nouveau produit espagnol au registre des indications géographiques protégées.

L’enregistrement de l’indication géographique protégée « Polvorones de Estepa », pâtisserie de Noël traditionnelle, de la ville d’Estepa, a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 9 mars 2016.

Les « Polvorones de Estepa » sont des pâtisseries de Noël fabriquées dans la ville d’Estepa dans la province de Séville à partir de la même recette depuis plus d’un siècle.
Ce sont de délicats biscuits à base de farine de blé, de saindoux, de sucre et d’amandes, parfumées à la cannelle, au clou de girofle et avec un parfum naturel (citron ou vanille).

De couleur marron grillé et de texture fine, les «Polvorones de Estepa» ont une consistance ferme et croquante à l’extérieur et tendre à l’intérieur. Leur surface est légèrement craquelée et douce au palais.
Revêtus de sucre glace sur le dessus, ils sont de forme oblongue avec un poids inférieur à 50 g par pièce. Leur diamètre est compris entre 4 et 7 centimètres, et l’épaisseur au plus égale à 2,5 centimètres. Le taux d’humidité est défini, inférieur à 7,5 % comme leur acidité (pH < 6,5).
Après cuisson, ils sont emballés individuellement pour conserver leur intégrité et leurs caractéristiques. Ce conditionnement a lieu après complet refroidissement pour éviter toute condensation de vapeur d’eau dans les emballages individuels.

Les « Polvorones de Estepa » sont fabriqués, cuits et emballés dans l’aire géographique correspondant au territoire de la commune d’Estepa.

Le lien entre les «Polvorones de Estepa» et l’aire géographique repose sur la réputation de plus d’un siècle du produit. En effet c’est au XIXe siècle que Micaela Ruiz Téllez, surnommée «La Colchona» et native d’ Estepa a mis au point la recette actuelle, à partir d’anciennes recettes locales en inventant un procédé de cuisson permettant de sécher uniquement la partie extérieure et de conserver tendre l’intérieur.
Depuis ces pâtisseries sont fabriquées à partir de cette même recette, rencontrant un succès grandissant ce qui fait que, de façon directe ou indirecte, une grande partie de la population d’Estepa se consacre à leur élaboration pendant la période qui précède Noël, à savoir de septembre à décembre.

Voir le Règlement Européen n°2016/327

« Aydin Inciri » AOP

Categories: Tags:

« Aydin Inciri» AOP, nouveau et premier produit turc au registre des appellations d’origine protégée européen.

L’enregistrement de l’appellation d’origine protégée « Aydin Inciri » a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne le 17 février 2016.

« Aydin Inciri » est le nom donné aux figues sèches produites dans la province d’Aydin, en Anatolie, à partir de figues de variété Sarılop produite sur le figuier ficus carica domestica (figue femelle). Il s’agit d’un type de ficus carica erinosyce, sous-espèce de ficus carica L.
Cette figue de gros calibre a des caractéristiques très particulières et recherchées, liées à la zone géographique de culture et au savoir-faire et conditions particulières du séchage.
Les caractéristiques spécifiques et distinctives de « Aydin Inciri » sont sa peau fine et souple de couleur jaune tirant sur le blanc, la texture fondante et visqueuse de sa pulpe, sa saveur miellée, son goût très sucré et son odeur douce.

Ces caractéristiques sont étroitement liées aux conditions écologiques et au savoir-faire de l’aire géographique de production, qui s’étend sur les communes de la province d’Aydin, au confluent des vallées du Büyük Menderes (Méandre) et du Küçük Menderes (Caÿstre) en Anatolie.
Les sols profonds, argilo-sableux et naturellement riches en matières organiques et en chaux, limitent le développement de maladies du figuier et concourent à l’obtention de fruits de grande qualité.
Le climat chaud de type Méditerranéen, avec un hiver doux et un été très chaud, la concentration des précipitations en novembre et juin et la sécheresse estivale, permet d’assurer le grossissement, la maturation et le séchage au soleil des fruits, dans des conditions optimales.
Les régimes des vents qui soufflent dans les vallées du Méandre et du Caÿstre jouent un rôle clé dans le grossissement et la maturation des fruits et la production de figues sèches de qualité : le vent du nord-est qui souffle le matin est fondamental pour la maturation et le séchage des figues, tandis que la brise marine humide soufflant de l’ouest l’après-midi permet d’obtenir de grosses figues à la peau fine.
Enfin c’est grâce au travail des producteurs, qui vérifient les figues en cours de dessiccation tôt le matin et tard l’après-midi, que les figues sèches produites sont de grande qualité.

Les figues «Aydın İnciri» revêtent une importance particulière pour la province d’Aydın et sont un symbole de la région. Le motif de la figue apparaît souvent dans la décoration des villages et des places des villes de la province.

Voir le Règlement européen n°2016/215  

« Cochinilla de Canarias » AOP

Categories: Tags:

« Cochinilla de Canarias » AOP, nouveau produit espagnol au registre des appellations d’origine protégée européen.

Le règlement européen enregistrant l’appellation d’origine protégée « Cochinilla de Canarias » a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 16 février 2016.

Le règlement européen enregistrant16/02/2016.

La « Cochinilla de Canarias » ou « Cochenille des Canaries » est un produit brut d’origine animale utilisé comme teinture naturelle et comme colorant alimentaire. Originaire des îles Canaries, le produit est obtenu après dessiccation naturelle de la femelle adulte de cochenille (Dactylopius coccus), insecte hémiptère recueilli sur les raquettes des figuiers de Barbarie (Opuntia ficus indica).

La « Cochinilla de Canarias » se présente sous forme de petits grains, irréguliers, ovales et fragmentés, qui correspondent au corps de l’insecte femelle, et est caractérisée par sa forte teneur en acide carminique – supérieure à 19% de l’extrait sec – et sa faible humidité (moins de 13% d’eau).
D’apparence granuleuse et sèche au touché, la « Cochinilla de Canarias » est de couleur gris foncé à noir avec des résidus de cire duveteuse aux nuances rougeâtres et blanchâtres.

Elevées puis récoltées sur les raquettes des figuiers de barbarie qui sont cultivés à cette fin, les cochenilles sont séchées au soleil et emballées sur le lieu de production, le plus rapidement possible après criblage afin d’éviter l’altération du produit et d’en préserver les qualités.Toutes les étapes depuis la culture des figuiers et l’élevage des insectes, jusqu’au conditionnement, ont lieu dans l’aire géographique qui s’étend sur les 7 iles des Canaries, à l’exception des zones de plus fortes altitudes. Les caractéristiques de sol et de climat de ce territoire, et les savoir-faire qui s’y sont développés,  permettent de garantir la qualité et la spécificité de la « Cochinilla de Canarias ».
Bénéficiant d’un climat subtropical et de la proximité de l’anticyclone des Açores, les Iles des Canaries offrent des conditions de température et d’humidité optimales pour le développement de la cochenille et de sa plante hôte. Et l’insolation annuelle moyenne de 3 000 heures permet un séchage naturel. Et les sols volcaniques typiques des îles Canaries se caractérisent par l’absence de matière organique et l’abondance d’éléments minéraux de type basaltique et présentent des propriétés physiques et chimiques très particulières, induisant une faible teneur en eau de la plante-hôte et par là une forte concentration d’acide carminique dans les cochenilles.

Voir le règlement européen n° 2016/197

« Mojama de Isla Cristina » IGP

Categories: Tags:
Mojama de Isla Cristina IGP filet de thon séché

« Mojama de Isla Cristina » IGP, nouveau produit espagnol au registre des indications géographiques protégées.

L’enregistrement de l’indication géographique protégée « Mojama de Isla Cristina », a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 16 février 2016.

La  « Mojama de Isla Cristina » est un produit de saurisserie obtenu à partir de thon. C’est un filet de thon, ou longe, affiné par salaison puis lentement séché. Pour cette transformation, le poisson peut être du thon rouge (Thunnus thynnus) ou du thon alabacore (Thunnus alabacores).
On distingue deux catégories de produit. Extra correspond à la partie interne des longes, la plus maigre. Et  la partie externe, la plus grasse donne la Primera.

Une typicité qui se voit et se goûte

L’IGP  « Mojama de Isla Cristina » a un aspect extérieur marron foncé, plus marqué encore sur la catégorie Primera. A la découpe, la tranche présente les stries propres aux longes de thon. Et elle décline différentes tonalités de grenat, plus foncé sur les bords.
De plus l’IGP « Mojama de Isla Cristina » se caractérise par une texture compacte et lisse. Ainsi la chair est peu fibreuse. Et elle a l’odeur et la saveur du poisson bleu. La teneur en sel varie entre 3 % et 9 %, et l’humidité entre 40 % et 50 %.

Alors le produit est présenté en morceaux de différents poids emballés sous vide. On le trouve également découpé en tranches recouvertes d’huile d’olive ou de tournesol. Il est également conditionné sous vide, en blister ou en bocaux de verre.

Toutes les étapes de préparation de la« Mojama de Isla Cristina » ont lieu dans une aire géographique délimitée. Celle-ci comprend les municipalités de Isla Cristina, Lepe, Cartaya et Ayamonte, dans la province de Huelva, dans le golfe de Cadix. Ainsi la découpe du thon (la «ronqueo») le pelage, le tri et le conditionnement sont réalisés dans cette aire, où on continue de pêcher le thon
Ici le  savoir-faire d’élaboration artisanale du produit, fondé sur l’expérience, est transmis de génération en génération. C’est donc la tradition des salaisons de cette petite région qui garantit la qualité spécifique du produit.

En acheter dans notre épicerie fine en ligne

Voir le règlement européen n° 2016/199

« Bŭlgarsko Rozovo Maslo » IGP

Categories: Tags:
Huile Essentielle de Rose de Damas IGP

« Bŭlgarsko Rozovo Maslo » IGP, nouveau produit bulgare au registre des indications géographiques protégées.

L’enregistrement de l’indication géographique protégée « Bulgarsko Rozovo Maslo », huile essentielle de rose de Damas, a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 8 octobre 2014.

« Българско розово масло » (Bŭlgarsko Rozovo maslo) est une huile essentielle obtenue à l’aide de la distillation à la vapeur de fleurs de la rose de Damas (Rosa damascena Mill).

Cette huile essentielle a des caractéristiques très particulières et recherchées, liées à la zone géographique de culture des roses, et au savoir-faire et conditions particulières de leur transformation.

Les caractéristiques spécifiques et distinctives de « Bŭlgarsko Rozovo maslo « sont la richesse de son arôme, sa couleur pâle, vert jaunâtre, la longue persistance de son arôme, ses qualités de fixateur et sa composition équilibrée en substances volatiles et hydrocarbures.

La rose de Damas est traditionnellement cultivée dans la Vallée des Roses (Rozovata Dolina) en Bulgarie centrale. Ses caractéristiques chimiques sont étroitement liées à l’aire géographique de production. Et la qualité de l’huile essentielle « Bŭlgarsko Rozovo maslo » est garantie par le respect de l’exigence que les fleurs de rose sont traitées au plus tard 15 heures après qu’elles ont été cueillies et par le savoir-faire de la récolte.

La récolte a lieu sur une période de 20 à 30 jours, quelques heures avant l’aube et exige des compétences spécifiques : en effet les fleurs sont cueillies entières, à peine ouvertes, un pétale au moins ouvert avec les sépales encore dressées, sans endommager la tige ni les branches.
Environ 3500 kg de fleurs de rose sont nécessaires pour obtenir 1 kg d’huile de rose.

Voir le Règlement Européen n°1020/2014.