Bourgogne

Le Brillat-Savarin IGP

Categories: Tags:

Le Brillat-Savarin IGP, nouveau produit français au registre européen des indications géographiques protégées

Le règlement européen enregistrant l’indication géographique protégée « Brillat-Savarin » a été publié au Journal Officiel de l’Union Européenne du 19/01/2017.

Le Brillat-Savarin IGP est un fromage de lait de vache à pâte molle, issu d’un caillé lactique, de forme régulière et cylindrique similaire à celle d’un camembert.

Il est commercialisé entier, en grand format de 500 g minimum et en petits formats de 100 g à 250 g, ou découpé. La mention « affiné » est utilisée pour les fromages  commercialisés 8 Jours ou plus après emprésurage en grand format, ou 5 jours pour les petits formats.

Le Brillat-Savarin IGP a une pâte fine et homogène avec une texture fondante et onctueuse. Il sent bon la crème ou le beurre frais, et sa saveur est légèrement acide et salée. Affiné, le fromage a une croûte blanche fleurie et présente des flaveurs aux notes fruitées et de noisette et des arômes de champignon et sous-bois.

Le Brillat-Savarin IGP est fabriqué et affiné dans une aire géographique de 879 communes, formant un axe reliant le Nord de la Saône-et-Loire à la Seine-et-Marne, en traversant la Côte-d’Or et l’Yonne et débordant légèrement sur l’Aube.

Dans ce territoire la fabrication de fromage à pâte molle issu de caillé remonte à l’époque médiévale dans les abbayes cisterciennes. Au cours des siècles, elle s’est développée dans les fermes de polyculture et d’élevage et aujourd’hui le lien entre le Brillat-Savarin et son territoire repose sur sa qualité et sa réputation.

La qualité du Brillat-Savarin IGP est associée à un savoir-faire particulier perpétué par les fromageries de la région, exigeant une maîtrise subtile de la technologie lactique et de l’enrichissement en matière grasse. Les étapes de fabrication, réalisées avec précision, donnent au fromage ses caractéristiques, et lui confèrent sa réputation internationale.

Ainsi le Brillat-Savarin rencontre un grand succès commercial en France et à l’étranger, avec 30% de la production exportée en Allemagne, Belgique, Angleterre et Amérique du Nord.  Et il figure à la carte de nombreux restaurants gastronomiques.

L’obtention de l’IGP est un gage pour l’avenir du maintien des savoir-faire et de la qualité.

Voir le règlement européen n° 2017/91

Le Bœuf de Charolles AOP

Categories: Tags:
Le Bœuf de Charolles AOP

Le Bœuf de Charolles AOP, nouveau produit français au registre des appellations d’origine protégée.

Le règlement européen enregistrant l’appellation d’origine protégée « Bœuf de Charolles » a été publié au Journal officiel de l’Union Européenne du 10 juillet 2014.

Les animaux « Bœuf de Charolles », de race charolaise, ont une configuration bouchère très marquée, caractérisée par de belles proportions et une ossature peu développée.

La viande « Bœuf de Charolles » a un grain particulier, une surface lisse, douce et soyeuse au toucher et une couleur rouge « vif ». Ses caractéristiques spécifiques sont sa grande tendreté, sa forte jutosité, son intensité aromatique et sa saveur faiblement acidulée.

Cette viande très réputée tire ses principales caractéristiques des pâturages typiques dans un milieu bocager.

La production du « Bœuf de Charolles » est répartie sur les régions Bourgogne et Rhône-Alpes dans des communes des départements de la Loire, du Rhône, de la Saône et Loire et de la Nièvre. Cette aire géographique correspond au berceau historique de la race charolaise dans laquelle les conditions climatiques et les caractéristiques du sol favorisent l’élevage et l’engraissement des bovins.

Le savoir-faire des éleveurs, propre à la sélection des bovins, s’est maintenu depuis 300 ans pour témoigner aujourd’hui d’un véritable produit de qualité.

Ce produit d’exception, dont les volumes de production sont limités, est une viande prisée par les meilleurs artisans bouchers et les restaurants gastronomiques.

Voir la description détaillée de l’appellation AOP Bœuf de Charolles

Voir le Règlement Européen n°744/2014